La Coupe du Monde de Magic

Un retour sur cet évènement unique! J’ai été un peu débordé au cours de la semaine dernière, c’est pourquoi vous n’avez au que deux très maigres articles sur des weekly decks, mais je tenais absolument à faire ce bilan là, surtout après le super parcours de l’équipe de France! Alors accrochez vos ceintures pour la compétition la plus unique de l’année, c’est parti!


Day 1

73 nations étaient qualifiées pour ce stade là. Par équipes de quatre joueurs, dont un champion national (choisi comme étant le joueur ayant reçu le plus de Pro Points au cours de l’année précédente, avec quelques tie-breakers) et trois vainqueurs de WMCQ auxquels vous avez peut être participé, il s’agissait de récupérer 12 points sur les sept matchs de la journée.

Comment gagner des points? Oh ben c’était pas bien dur: il faut gagner ses matchs. Trois joueurs de chaque équipe jouent un match normal par ronde. La première équipe dont deux joueurs ont gagné leur manche a gagné le match. Le barème des points par équipes est exactement le même que celui que vous ocnnaissez pour les tournois individuels: 3 points la victoire, 1 point le match nul, 0 point la défaite.

Mais qui dit « match » dit « format », qu’était ce donc que ce bazar qui est arrivé à me chatouiller les oreilles? Par équipes, les formats sont forcément inhabituels. Peut être avez vous déjà entendu parler du Team Limited, car un Grand Prix est organisé annuellement dans ce format. Le concept: chaque équipe ouvre 12 boosters de BFZ, et doit construire trois decks. Comme un Scellé normal, mais en équipe. Il faut noter que vu qu’on ouvre plus de boosters, les stratégies sont en général mieux développées en Team Limited qu’en Scellé normal. Comme sur la scène des Pro Tours, il y a trois rondes de Limité avant de passer au construit. Mais quel est cette magie dont tu me parles? Du contruit par équipe? Eh bien cher lecteur, si tu n’as pas passé les trois dernières années de ta vie dans une caverne (si c’est le cas, bon retour parmi nous!), tu n’es pas sans savoir ce qu’est le Unified Standard. J’en parlais dans cet article, je te laisse en découvrir rapidement les règles de construction basiques.

Ainsi, avec trois rondes de Limité et quatre de Construit en première journée, le choc des titans a eu lieu. Vous vous souvenez peut être de mon article sur les équipes favorites. Faisons un petit résumé de toutes les équipes que j’y ai évoquées:

  • USA: LE naufrage de la compétition. Alors que l’expérience parlait touours en leur faveur et qu’il s’avançaient déjà en grands favoris, ils s’étaient entraînés avec les autres super-équipes qu’étaient le Brésil, le Canada et l’Italie. Rien que ça! Pourtant, avec six points sur neuf sur la portion de Limité (où on attendait quand même un certain nombre de joueurs stars dans leur format de prédilection) et une pauvre victoire en construit, ils ont été éliminés dès la première journée de la compétition! A noter que même si on sentait qu’ils avaient sévèrement les boules (normal), ils ont eu des réactions plus sportivement correctes que d’autres.
  • Japon: Pays maudit car ils n’avaient étrangement jamais passé le premier jour de cette compétition malgré des équipes de très haut niveau, ils ont brisé le signe indien et avec six points en Limité et sept en construit, ils poursuivent leur aventure en ayant ID (Intentional Draw) leur dernier match contre une surprenante Pologne.
  • République Tchèque: Pourtant amenée par deux professionels redoutés, l’équipe Tchèque a sombré. Pourtant, leur 2/3 en Limité n’était pas de mauvaise augure, surtout en regardant la perf de leurs membres en construit individuel. Las, ils rentrent chez eux avec un terrible 0-4 en Contruit… Largement insuffisant pour une équipe globalement très estimée.
  • Italie: Là encore une équipe avec un coeur fort, les italiens ont début comme beaucoup de favoris avec un 2/3 en Limité, mais ils finissent à 13 points, comme les Japonais, pour vivre un jour de plus.
  • Danemark: Les champions du monde en titre étaient franchement une des équipes les plus favorites qui soit pour devenir la première nation à remporter deux coupes du monde consécutives, et ils l’ont prouvé en gagnant leurs trois matchs en Limité. Le Construit s’est moins bien passé, mais ils se qualifient avec 13 points pour la journée suivante et tenter d’être à jamais les premiers.
  • Canada: L’autre naufrage. Trois points en Limité sont venus faire douter les superstars nord-américaines que sont Hayne et McLaren, et leurs deux victoires en Construit n’ont pas suffi à redresser la barre. En même temps, la France et la Grèce n’étaient pas très motivées à les laisser gagner.
  • Pays-Bas: J’avais annoncé la discretion de la part de cette équipe, et clairement je n’ai pas été déçu! Tout en douceur, personne ne l es citait comme favoris, hormis leurs adversaires. Ils font 2-1 into 4-2-1, schéma décidément très prisé chez les favoris.
  • France: Les bleus arrivaient avec leur héritage Magic et n’ont pas déçu. Après avoir perdu la première ronde contre la Belgique, ils ont été inarrêtables, triomphant de l’Angleterre de Fabrizio Anteri et du Canada de McLaren et Hayne! Avec six points sur la portion Limitée, ils finissent la journée à la sixième position avec 16 points (à égalité de points avec le troisième) et le statut d’invaincu en Construit.
  • Brésil: Amenée par le plus beau palmarès de la salle, la Seleccao n’a pas déçu. Leur sans-faute en Limité leur donne la troisième place, à égalité de points avec la France (16 donc).
  • Allemagne: A l’instar de la France ou du Brésil, l’équipe allemande s’avançait avec un fort niveau moyen national plutot que des noms qui brillent. Et comme ces deux équipes, la première journée fut fort fructueuse. Ils finissent la journée à 16 points après avoir pris six points en Limité, un peu comme la France.
  • Espagne: Le premier outsider que j’avais cité n’a pas vraiment été à la hauteur de mes attentes. L’équipe de Del Moral Leon a suivi exactement le même parcours que les Canadiens: 1-2 into 3-4. Insuffisant pour se qualifier donc.
  • Suède: L’équipe emmenée par Joel Larsson a suivi le parcours « classique »: 2-1 into 4-2-1. Ils se sont qualifiés pour le Jour 2.
  • Grèce: L’équipe grecque arrivait en tant que finaliste en titre, mais aussi en tant qu’équipe qui avait toujours fait mieux que l’année d’avant. Avec 6 points en Limité et autant en Construit, ils sont e nroute pour l’exploit.
  • Australie: Avec un départ bien peu encourageant avec une seule victoire dans les poches en abordant le construit, les Australiens ont montré ce qu’ils avaient dans le ventre avec un beau 3-1 en Construit qui leur a permis d’atteindre le Day 2!

Lorsque la poussière est retombée, on a vu un certain nombre de colosses se disputer la troisième place (France, Italie,, Allemagne, Brésil et Autriche), alors que la première place était partagée entre… La Biélorussie et la Macédoine! Deux nations improbables qui finissent leur journées invaincues face à, respectivement, l’Allemagne et la France, alors que de mémoire d’homme, il n’y a pas eu de GP ni de PT dans ces pays… Félicitation aux outsiders qui arrivent à s’imposer à ce niveau là!

Pour info, voici le classement des équipes à la fin de la première journée.


Day 2

Le jour 1 vous a fatigué? Attendez parce que le Day 2 c’est encore plus le bazar!

Pour l’occasion, Wizards avait décidé de tester une nouveauté: le système de poules. Alors que 32 équipes se sont qualifiées pour le Day 2, huit groupes de quatre sont créés, les divers chapeaux pour la répartission étant déterminés intégralement via les résultats de la veille. Le format? Team Limited. Les deux premières équipes de chaque poule passeront en Top 16 dans la même journée. en cas d’égalité de points, c’est l’équipe qui était la mieux classée la veille qui est prioritaire.

Et le Top 16 alors? Pareil, des poules de 4 déterminées grâce aux résultats de la veille ET des résultats des poules du Top 32, mais en Unified Standard cette fois. Les deux premiers de chaque poule se qualifieront pour le prestigieux Top 8 du lendemain.

Alors comment se sont débrouillé les équipes restantes?

  • Bielorussie: Toujours invaincus surprises après la première poule (N-Zélande, Suède, Chili), qu’ils passent avec sept points, ils échouent au pied de la gloire lors de la deuxième poule (Danemark, Guatemala, Paraguay), perdant le match crucial face au Guatemala qu’ils laissent passer à un point près… Quel dommage, mais quelle surprise de la part du Guatemala aussi!
  • Macédoine: Ils n’auront pas réussi à passer le seuil de la première poule (Danemark, Ecosse, Islande), échouant avec une seule victoire au compteur.
  • Japon: Dans un premier groupe dense (Allemagne, Grèce, Mexique), ils ont accroché la deuxième place à égalité de points avec le Mexique, qui se retrouve éliminé à cause des tie-breakers. Le deuxième groupe est sans doute le « groupe de la mort » (France, Nouvelle Zélande, Lituanie), mais malgré leur défaite finale face à la France, ils s’emparent de la deuxième place et se qualifient pour le Top 8.
  • Italie: Dans deux groupes plutôt modestes (Australie, Paraguay, Turquie, puis Ecosse, Grèce, Philippines), les italiens ont assumé leur statut, et ont remporté leurs six match. Impressionnant, et, après avoir enchainé deux journées à un tel niveau, clairement digne d’une place en Top 8!
  • Danemark: Deuxième chapeau en poule 1, ils sont passé malgré la défaite concédée à l’Ecosse, et en poule 2 (Guatemala, Bielorussie, Paraguay), sur le même score, ils s’emparent de la première place et se qualifient pour le Top 8 et l’opportunité unique de rééditer leur précédante performance.
  • Pays-Bas: Une poule 1 relevée (France, Philipines, Pologne) leur sera fatale, et leur seule victoire contre la Pologne leur vaudra la dernière place du groupe.
  • France: Dans la même poule donc, les français donnent un match aux Philippines après l’avoir emporté contre la Pologne et les Pays Bas, mais seront inarrêtables après ça, gagnant tout, et battant deux nouveaux adversaires de prestige au cours de cette journée faste: les Pays-Bas en poule 1 donc, et le Japon en poule 2. Une qualification bien méritée pour le Top 8 avec deux défaites en tout (Belgique et Philipines), toujours invaincus en Construit et, grâce à leur splendide parcours, classés numéro 1 à l’abord du Top 8! Rien que pour ça, bravo!!
  • Brésil: Dans une poule 1 pourtant très abordable (Guatemala, Thaïlande, Argentine), le Brésil ne récupère qu’une seule victoire. PVDDR pestera contre le système de poules sur Twitter avant de présenter ses excuses et son respect pour le Guatemala victorieux. Une attitude malheureusement récurrente chez ce monsieur.
  • Allemagne: Dans un groupe très dense, ils n’ont pas réussi à faire la différence, et le Japon et la Grèce les ont devancé et ils ont fini derniers de leur groupe.
  • Suède: Dans un groupe coupe-gorge, leur destin était scellé (sans eu de mot) avant leur dernier match, et ils finissent avec une victoire pour l’honneur, se plaçant derrière la Bielorussie et la NZ donc.
  • Grèce: Placés dans un premier groupe très dense, ils ont largement réussi à gérer la pression et se sont imposés contre l’Allemagne et le apon, concédant la victoire au Mexique, et s’emparent de la première place de ce « groupe de la mort » là. Toutefois, dans un deuxième groupe totalement dominé par l’Italie, ils sont éliminés sur le fil, à égalité de points avec l’Ecosse et les Philippines, mais dépassés aux tie-breakers par des écossais décidément ravis!
  • Australie: Dans leur premier groupe là encore archi-dominé par des italiens en feu, ils finissent à égalité de points avec leurs deux autres concurrents, mais là encore, les tie-breakers leurs sont défavorables.

 Day 3

Huit équipes sont en piste pour ce dernier jour de cet évènement tellement particulier:

  1. France
  2. Italie
  3. Autriche
  4. Danemark
  5. Thaïlande
  6. Guatemala
  7. Ecosse
  8. Japon

Le format était, sans surprise, Unified Standard. Un dessin vaut mieux que cent mots, et ceci me permettra d’économiser ma salive et les touches de mon pauvre clavier:

top8

En bref:

Le Guatemala, super parcours, super esprit (et super ponchos). La Thaïlande, je dirais la même chose s’ils n’avaient pas éliminé la France (mais en vrai, en tant que finaliste outsider, ils ont vraiment fait un super tournoi, battant le Danemark et la France en Top 8, bravo à eux!), bravo à la France pour avoir battu une deuxième fois le Japon en deux jours et pour leur superbe parcours, et surtout, bien évidemment, bravo à l’Italie pour leur titre, plus que mérité au regard des trois jours de compétition qu’ils auront survolés.

Si vous voulez savoir à quoi ressemblait le Unified Standard, format unique s’il en est, je vous conseille cet article (Day 1) et cet artcile (Day 2) sur les forces en présence, rédigés par Frank Karsten bien mieux que ce que je ne saurais faire. Il y a eu pas mal de créativité (surtout l’emmergence de Temur Megamorph grâce à l’alliance Italie-USA-Canada-Brésil, qui s’est avérée juste au niveau du Unified Standard), et un gros socle commun. Ca ne vous rappelle rien? Et puis si vous voulez les listes du Top 8, voici un lien qui vous plaira.

Et enfin, avant de nous quitter, si vous voulez savoir à quel point j’étais dégoûté de voir l’équipe de France arrêter son si beau parcours en demie-finale, vous pouvez revoir, sur Youtube, le match Thaïlande-France. Après leur match, alors que les commentateurs discutent de la situation, vous devriez voir ça:

lol.PNG

Ouais, j’étais assez excité sur Twitter pendant l’évènement, désolé pour le spam…


Voilà! J’ai enfin fini cet article qui me tenait vraiment à coeur, d’une part parce que sans GP à analyser je me fais chier, et d’autre part parce que l’équipe de France ne méritait rien de moins qu’un article sur mon humble blog. Bravo aux français, bravo aux italiens, et merci d’avoir lu!

Comme d’habitude, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook et Twitter. Si vous avez un peu de temps demain soir (vers 22h a priori), vous pouvez aussi me voir commenter le Top 4 de la Ligue Modern de Magiccorporation sur Twitch.

Demain normalement, je finis de sous-titrer mon interview et je la mets en ligne, aussi. Alors surtout, n’hésitez pas à passer dans la soirée pour voir si elle n’est pas ici. Et croyez moi, même si je ne suis décidément pas journaliste professionnel, celle là vaut vraiment le coup!

Allez, la bise à tous!

Publicités

Une réflexion sur “La Coupe du Monde de Magic

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s