Napoléon v Wellington

Comme promis, quoiqu’un peu en retard, voici une petite intro pour le gros article qui va sortir sur le Modern. Vous pourerz peut être en deviner le thème d’ailleurs  😉

Prenons un MU extrêmement classique d’Aggro vs Control : Napoléon vs Wellington, GP Waterloo, Novembre 1816.

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas passionnés d’histoire (et pourtant vous pourriez en apprendre beaucoup de cette période), remettons les pendules à l’heure. Napoléon a martyrisé la scène compétitive européenne (le jeu n’était pas très développé aux Etats-Unis à cette époque là, comprenez bien), le plus souvent avec des stratégies très agressives, basées sur des manœuvres ambitieuses qui ont révolutionné la façon dont les gens jouaient aggro.

Cependant, pendant la même période, Wellington, un anglais, avait surtout fait le circuit espagnol (Napoléon parcourait plutôt l’Europe centrale pour ses PT et ses GP, ils ne se sont jamais croisés avant le GP Waterloo). Il s’y était fait un nom, notamment en battant coup sur coup les teammates de Napoléon, et comme on est au XIX° siècle, ça lui a valu un duché. Pas mal hein ? Dans tous les cas, il a vraiment tapé dans l’œil des amateurs du jeu par ses résultats, mais aussi par son style complètement opposé à celui de Napoléon, très controlish, qui pionçait pas mal, qui était même limite chiant.

Du coup, quand Napoléon revient sur la scène compétitive après une année sabatique suite à ses naufrages successifs aux PT Moscow, GP Liepzig et surtout le GP Paris, tout le monde était très excité de voir deux maîtres de leurs arts s’affronter en finale du GP Waterloo.

La partie s’est déroulée de façon assez attendue. Napoléon pose ses bêtes et fait des attaques très bien senties, mais Wellington résiste en échangeant très intelligemment ses ressources avec celles de son adversaires en favorisant le jeu au long terme et en ramenant souvent son adversaire proche de la case départ. C’est une game de très haut niveau, les deux joueurs impressionnent le public avec leur incroyable vision du MU. Ca tire un peu en longeur mais le français ne parait jamais spécialement mal-en-point. Malgré un gros missplay en milieu de partie qu’on attribuera à sa santé déjà défaillante ainsi que plusieurs topdecks médiocres, Napoléon arrive, à force de persévérance, à pousser Wellington dans ses retranchements. Au dernier tour possible, Wellington topdeck un sort de sélection, ce qui lui permettra in fine, après une bonne dose de réflexion, de raser le board et la main de Napoléon. Celui-ci n’en reviendra pas et concèdera au tour suivant. A l’époque il n’y avait pas de sideboards donc c’est Wellington qui a gagné ce GP. Napoléon prendra sa retraite définitive juste après ce frustrant et cuisant échec afin de curersa maladie, à laquelle il succombera finalement.


Quelle est la morale de l’histoire ? Haha vous en saurez plus dimanche voyons !

La bise !

Publicités

Une réflexion sur “Napoléon v Wellington

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s